26.03.2020

Depuis presque 10 jours, il est comme nous tous confiné chez lui. En tant qu’athlète professionnel, le télétravail n’est pas facilement faisable. Et depuis mardi, sa quête olympique a pris une autre tournure. Yannick Borel s’est confié à nous sur son quotidien d’athlète confiné et sur ses objectifs qui vont le mener aux Jeux olympiques.

En effet, le Comité International Olympique a annoncé mardi 24 mars un report de l’édition qui devait se tenir à partir du 24 juillet à Tokyo. Pour la date, rien de défini. Ils se sont pour le moment décidés sur une tenue des Jeux avant l’été 2021.


Comment se passe le confinement ?
« Ça se passe bien, je n’ai pas trop à me plaindre. Je m’occupe, j’étais en train de couper des noix de coco car j’ai envie de boire de l’eau de coco. Je m’entraîne. Je profite de ma famille et d’être en Guadeloupe. »

Comment tu t’entraînes ?
« J’ai un grand jardin, ça me permet de faire tout ce que je veux en termes de physique. Il me manque du matériel comme le vélo. Ça va s’ajouter à ma liste des choses à acheter post confinement. Je suis en contact quotidien avec ma préparatrice physique de l’INSEP. Je suis son programme à distance, je lui envoie des vidéos et photos et elle me corrige. L’entrainement suivant, je m’adapte à ses consignes et retours. Je ne fais pas d’escrime. Vu le contexte, ma prochaine compétition est dans plusieurs mois. Donc j’ai le temps pour reprendre l’escrime. Par contre, le physique c’est maintenant. »



Que penses-tu du report des Jeux Olympiques ?
« C’est déjà bien qu’il y ait les JO, ma crainte était que les Jeux soient annulés. C’est possible de les faire l’année prochaine donc c’est tant mieux. Au début, comme la plupart des sportifs, ça a été très dur de se dire que ça pouvait ne pas se faire. Finalement, c’est reporté donc il faut arriver à tirer la situation à mon avantage. Et être meilleur dans plusieurs mois qu’aujourd’hui que dans 4 mois. Le but est d’être encore meilleur et d’avoir fait tous les ajustements à temps. »

Comment vas-tu organiser ce délai supplémentaire ?
« Dans un premier temps, la reprise va mettre du temps. C’est logique. Donc priorité à l’entretien physique pour pouvoir être prêt pour une reprise de l’escrime ultérieure. On ne sait pas quand la situation va changer. On peut faire toutes les hypothèses mais il faut attendre. Aujourd’hui, le chemin pour Tokyo a changé, tant que c’est comme ça, j’attends de voir quel sera le chemin. J’attends l’itinéraire. Il y a tout un tas de choses qui doivent être requalifiées et redéfinies. Je suis comme tout le monde, j’applique les règles du confinement. Donc c’est important d’être confiné aujourd’hui, pour se retrouver rapidement sur les terrains de jeu. Je souhaite à tous de rester en bonne santé et je serai prêt. »