La leçon individuelle

La leçon individuelle met en situation un athlète face à son maître d’armes (en plastron) pour perfectionner une ou des tâche(s) motrice(s).

C’est le mode d’entraînement privilégié pour développer le potentiel de l’athlète en mettant en place des conditions facilitant l’expression technique.
La leçon individuelle permet au maître d’arme de faire progresser son élève en se centrant sur celui-ci, en tenant compte de sa morphologie, de son caractère et de son niveau : Il y a individualisation de la tâche.
Bien entendu, il ne s’agit pas vraiment d’un assaut de compétition parce que l’opposition est cadrée et orientée. Il est question de combat dans la coopération : « opposition dans la coopération », « opposition » parce qu’il faut rester dans l’objectif de toucher, « coopération » parce qu’il ne s’agit pas d’un assaut.
A Levallois, les maîtres d’armes du club commencent selon leur disponibilité à proposer des leçons individuelles dès les benjamins jusqu’aux catégories vétérans.
Les leçons sont données soit pendant les cours collectifs soit en accord avec le maître d’armes sur des créneaux réservés pour les licenciés à partir de la catégories minimes.

objectifs de la leçon individuelle

  • Apprentissage technique de l’escrime,
  • Apprentissage et perfectionnement du geste,
  • La répétition d’enchaînements et le contrôle gestuel,
  • La présentation tactique et stratégique des actions,
  • L’évolution des actions vers les conditions d’assaut.

les différents types de leçons individuelles

La leçon individuelle comprend trois variétés qui conviennent à l’escrimeur suivant les besoins du moment. La leçon d’étude, la leçon d’entraînement, la leçon d’assaut.

La leçon d’étude

Elle s’adresse à tous les escrimeurs et à tout niveau d’instruction. :

  • A un débutant pour apprendre une action.
  • A un escrimeur confirmé pour corriger un défaut ou apprendre toutes les variétés d’une action.
  • A un fort compétiteur, pour lui faire connaître les différents procédés tactiques, les diverses préparations permettant de porter une même action à plusieurs adversaires aux caractères et réactions dissemblables.

Intérêt de la leçon d’étude : (explication et réalisation d’une action)

  • Expliquer à l’élève l’intérêt de l’action et pourquoi exécuter cette action,
  • Expliquer comment effectuer l’action,
  • Expliquer comment améliorer la qualité du mouvement.

Mises en place de l’action

Cette leçon consiste en l’étude complète et détaillée d’une même action d’escrime et de ses défensives appropriées.
Pour cela le Maître d’arme place l’élève dans « un confort » où l’incertitude n’existe pas afin de contrôler et de perfectionner le geste.

Le travail s’effectuera à base de répétitions ou d’enchaînements d’actions (préparation-action-réaction).
Les corrections souvent faites se centrent essentiellement sur la coordination (bras/jambe), l’équilibre, le relâchement de l’épaule, le doigté, etc.…
Elle peut comporter une révision légère d’une ou deux autres actions précédemment apprises afin de ne pas lasser l’élève. Cette partie « révision » étant placée au moment où le Maître sent l’attention de son élève lui échapper. Les variétés d’exécution d’une même action d’escrime rendront la leçon attrayante et éviteront cet expédient.

La leçon d’entraînement

Elle s’adresse à deux catégories d’escrimeurs.
Elle est donnée pour faire réviser, à rythme soutenu, les actions précédemment étudiées à des escrimeurs ayant un certain niveau technique.
Elle est donnée à des escrimeurs possédant un bagage technique complet pour les maintenir en condition physique et technique.

Le maître d’arme recherche dans ce genre de leçon, la performance de l’action de l’action technique en plaçant l’élève dans un environnement incertain.

Intérêt de la leçon d’entraînement :

  • Expliquer à l’élève l’intérêt tactique et stratégique de l’action travaillée,
  • De renforcer les points essentiels qui permettent à la mécanique du mouvement d’être efficace (puissance, rythme, coordination, etc.…),
  • D’introduire des contraintes extérieures à l’action technique pour que celle-ci se réalise efficacement (la distance, la cible, le temps, l’action, etc.…),
  • De répéter l’action avec efficacité sous la contrainte de stress psychologique,
  • D’utiliser l’action technique dans une situation qui évolue.

Mise en place de l’action

Cette leçon d’une durée de 20 à 30 minutes suivant le rythme auquel elle est donnée, comprend plusieurs actions et leurs défensives.
Les actions doivent à chaque fois atteindre une ligne ou une cible différente et nécessitent ainsi l’emploi de toutes les défensives. Le Maître pare l’attaque et riposte de temps à autre, ou pare la riposte et contre-riposte afin de développer le mécanisme et l’à-propos de son élève.
L’élève répète des actions pour développer sa résistance au stress et aux contraintes énergétiques.
L’élève s’adapte à l’environnement instable de la situation donnée par le maître.

La leçon d’assaut

Comme sa dénomination l’indique, elle s'adresse à un tireur préparant une compétition pour mettre l’élève en confiance.

Intérêt de la leçon d’assaut :

  • De mettre l’élève dans le rythme des dépenses énergétiques requises pour l’assaut,
  • De le mettre en confiance psychologique sur la réalisation de ses actions.

Mise en place de l’action :

Afin de respecter l’alternance de l’effort demandé à l’élève, le Maître énonce l’action de base, puis il varie, sans prévenir l’élève, ses réactions, la distance, etc.…

Le Maître corrige de la voix les erreurs techniques ou tactiques de l’élève sans interrompre, comme dans la leçon d'étude, l'’action en cours. Il s‘attache aussi à varier sa vitesse, son rythme, sa distance, tachant par-là d’assimiler son jeu à celui d’adversaires différents.

Il est bien entendu que les actions conventionnelles de départ seront simples comme cela se pratique à l’assaut. La progression de cette leçon réside dans la difficulté sans cesse croissante pour l’élève d’exploiter les réactions du Maître.
Cette leçon est très difficile à donner et l’élève doit décider à partir ou faire partir le maître afin de se rapprocher de l’assaut.
Pour cela, le maître propose des actions qui ne sont pas attendues du tireur, celui-ci sait qu’il peut avoir à faire à un imprévu et c’est à ce moment-là que la situation est intéressante.

L’élève doit sortir vainqueur de cette opposition, mais il ne doit pas sentir qu’il a une coopération totale du Maître d’armes.